Première finale de la saison pour les Clermont Gaels !

Un déplacement en tournoi est toujours un événement en soit. Se déplacer chez nos amis Niortais, encore plus. Et si on rajoute une dimension caritative, on a la cerise sur le gâteau. Tel était le programme de ce 27 octobre avec le Trophée des Lutins.


Avant de jouer, faut déjà y arriver !

Le tournoi a commencé pour nous longtemps avant. En juin, pour être précise, puisque le Tournoi des Lutins devait initialement se tenir au début de l’été. Mais c’est bien connu, il est plus difficile de rassembler quand les vacances pointent leur nez. Le tournoi avait donc été annulé, et rendez-vous pris pour plus tard…
Avec la reprise en septembre et la date du tournoi fixée, ca a été deux mois de recrutement pour inciter les joueurs à participer au tournoi. Avec des arguments de poids :
1 : c’est l’occasion de retrouver les terrains avant la reprise officielle des compétitions
2 : c’est caritatif, faut pas déconner quand même !
3 : Hugo part en Australie tout de suite après, ceux qui ne participent pas n’auront pas l’occasion de jouer avec lui… La loose, vraiment.

Il faut croire que les arguments ont porté (surtout concernant le départ d’Hugo, c’est sur…), car ce sont 15 Bougnats qui se sont engagés à participer au tournoi. La classe.

Restait à organiser le déplacement en lui-même, hébergement et trajets… Pas une mince affaire, croyez moi… Surtout quand on s’y prend 3 jours avant le jour J ! Trouver un hôtel pour ceux qui n’avaient pas décidé d’avoir recours au camping sauvage et s’assurer que tout le monde ait une voiture a demandé 2 jours de sms intensifs (merci le forfait illimité ! et merci au soutien logistique Niortais).
Et jusqu’au dernier moment, on a douté pouvoir rassembler toute l’équipe, puisque Ludo et Théo ont eu du mal à trouver le terrain. Note pour plus tard : prévoir une carte précise pour tout le monde…


Une phase éliminatoire en double jeu

A 10 h, l’essentiel de l’équipe était sur le terrain, en forme malgré le camping hôtelier ou sauvage (selon les choix de chacun), et une blague aux lèvres en me voyant avec ma doudoune orange fluo. C’est sur que la doudoune de ski en octobre alors qu’il faisait 25° le mercredi précédent, ca prête à sourire. Mais qui peut le plus peut le plus, hein ? Au pire, elle restera dans les vestiaires… Et puis au matin, il ne faisait que 8° quand même…

En faisant nos inscriptions, on constate que les Niortais ont organisé un tournoi au cordeau : chaque équipe avait une jolie feuille de planning avec les horaires précis de chaque match, les repas, et même les échauffements, parfaitement planifiés. Tout de suite on comprend qu’on est là certes pour s’amuser, mais quand même pas pour faire n’importe quoi. Ca promet… Au moins, on sait qu’on ne va pas finir avec 2 h de retard… Quoique…

A 10 h 15, conformément au protocole, les Bougnats partent à l’échauffement. Le hic ? Les Rennais, nos premiers adversaires, ne sont pas là. Du tout. Pas une plume d’oie à l’horizon. Et lorsque les Niortais les contactent, il semble évident qu’ils ne sont pas prêts d’arriver. L’heure est donc au bouleversement complet du planning. Un rebondissement qui nous plonge dans une situation inattendue, puisque nous affrontons finalement ceux que nous aurions du rencontrer en fin de journée, cette équipe qu’on adore détester (faut venir trinquer plus souvent les mecs Wink ) : Toulouse.

Ouvrir le bal face à ceux qui mettent de l’intensité dans chaque rencontre ? L’équipe à battre ? Okay… On prend une grande inspiration, et on court. Promesse tenue : le match est intense et serré, puisqu’on fini devant d’une courte tête. Très courte. Mais devant.

Une fois sur le terrain, on a pu prendre la mesure du vent qui soufflait sur le terrain très exposé de Chauray. D’un coup, ma doudoune faisait moins rire, et plus envie. D’ailleurs, pendant ma mi-temps contre Niort, Anaïs a pu en apprécié tout le confort !

Se pose ensuite la question qui tue : peut-on prêter des joueurs à Nantes, qui sont venus seulement à 6 ? (« C’est ca l’équipe ?! » diront-ils même d’eux-mêmes) Il ne sera pas dit que les Bougnats ne sont pas généreux. Sans hésiter donc, nous venons les seconder sur leur match contre Niort. Générosité qui ne se démentira pas tout au long de la journée, puisque des Clermontois seront présents dans chacun des matchs Nantais de la journée, y compris pour le Nantes-Clermont des phases de poule (en même temps, si un jour on veut pouvoir prétendre à être complétés, il faut déjà commencer par savoir dépanner nous-mêmes…). Ca ne nous empêchera d’ailleurs pas de gagner contre eux sur ce match-ci.

Du côté Bougnat, on envisage le match contre Niort avec une certaine décontraction. Ce n’est que le deuxième de la journée, et puis Niort, on les aime bien… Bien mal nous en a pris ! A la fin de la première mi-temps, les Niortais nous mènent par le bout du nez, avec un jeu engagé qui ferait vraiment plaisir à voir, s’il ne signifiait pas une claquounette pour nous. A la mi-temps Seb nous fait donc un sermon dont il a le secret en deux mots bien sentis et remet l’équipe sur orbite. La victoire est acquise, mais on s’est fait rappeler à l’ordre : aucun adversaire ne doit être sous-estimé.

Le match Rennais tourne à l’avantage des Bretons, mais il faut dire que l’on s’est fait surprendre par leur vitesse. Notre seule défaite de la phase de poule est plutôt lourde, mais n’entame pas le moral des troupes.

Avant d’aborder la finale, restait pour les Bougnats d’arbitrer, puisque la dernière phase opposait Nantes et Rennes d’un côté, Niort et Toulouse de l’autre. Ca a sans doute été notre passage le plus compliqué. L’arbitrage…. Un mot qui fait frémir les plus forts d’entre nous… Après moult tractations, Seb se dévoue finalement pour arbitrer Nantes-Rennes. A défaut et la mort dans l’âme, je marche vers le terrain pour arbitrer Niort-Toulouse. Bah oui, quitte à débuter en ski, autant attaquer en piste noire tout de suite, hein... Deux mises au point plutôt sonores (cassé la voiiiix ! ) et quelques erreurs d’arbitrage sans doute (mais qui n’ont finalement pas trop été discutées) plus tard, je siffle la victoire de Toulouse.


Au final, c’est les Lutins qui gagnent

C’est acquis, la finale opposera Clermont à Nantes, toujours qu'à 6. Nous ne poussons cependant pas le vice jusqu’à leur prêter des joueurs pour la finale aussi. Faut pas déconner non plus ! Des Nantais chauds bouillants, des Clermontois très sollicités sur la journée : le temps réglementaire est sifflé sur une égalité… Pas question d’en rester là, on opte pour une prolongation, où le match reste équilibré jusqu’au dernier moment… Nantes prend la tête d’un petit point sur un coup franc (âprement discuté, mais bon… L’arbitre a toujours raison), quelques secondes avant le coup de sifflet final… Une déception de courte durée : sur le terrain de la générosité, nous avons tous gagnés, au regard de la cagnotte offerte aux Lutins de Trousseau.

Le pot de l’amitié fut relativement court, les Bougnats étant les seuls à avoir prévu de rester pour le repas du soir, mais néanmoins emprunt de chaleur, de même que le repas.
Pendant que chacun se restaure et festoie, les quelques uns qui avaient eu la joie de tenir un sifflet se sont posé la question épique de la remise des trophées : si le trophée du vainqueur ne faisait pas l’ombre d’un doute, restait à couronner le meilleur joueur et le meilleur espoir. Et c’est finalement Thibaud qui a eu l’insigne honneur de recevoir cette dernière récompense (et moi celui de le lui remettre. D’être la seule fille du coup, on vous confie les missions à bises…).

La soirée vit son terme bien après minuit, mais ca n’empêcha pas les Bougnats d’être au stade le lendemain matin (même pas pour donner un coup de main, les Niortais ayant été d’une efficacité redoutable… Ils peuvent venir faire mon ménage ?) histoire de partager un dernier café, des dernières impressions et plaisanteries, avant de prendre le chemin de nos montagnes, avec la certitude d’avoir largement contribué au bien-être des petits Lutins.

Merci aux Niortais pour leur accueil, aux équipes présentent pour leur sportivité, à charge de revanche pour les Nantais, et merci aux Bougnats dont l’enthousiasme ne se dément pas, sur aucun terrain !

Merci à Aurélie pour ce magnifique compte rendu.

Commentaires (1)

1. Nantesgaa (site web) 13/11/2012

Pas de soucis pour la prochaine fois les clermontois !

Bonne continuation !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site